Voir

Parfois, tout est si limpide.
Il me semble revenir d’entre les morts.

Voir...
Voir que nous sommes ce que nous regardons...
Voir que toute la réalité de cet instant se tient à la fois dans la pointe de mon regard et dans la somme de toutes les parties, arbres, écorces rugueuses, feuillages mouvants, mousse, air, eau, tout ce qui se tient là, invisible, bruissant, vivant.
Voir le monde flottant, le vivre, y vivre et savoir que nous ne sommes rien d’autre.

"Essaime la poussière
nul ne décèlera votre union."
René Char

(photo Michel Boulanger - merci)