Le vieux qui gardait la mer

Karin Huet a plus que roulé sa bosse sur mers et océans, une bosse pleine de graines d’histoires, comme le petit joueur de flûte kokopelli qui sème à tous vents. Et cette fois c’est une bien belle histoire qu’elle nous donne, celle d’un vieux, Tontyves, qui s’en va festoyer sur son phare avec le jeune Yann.

Ce phare, Tontyves y a jadis passé du temps et veut le revoir une dernière fois. Automatisé, l’endroit a changé mais conserve sa puissance. C’est là que Yann connaîtra frissons, aventure et initiation avec contrebandiers et naufragés au programme.

Évoquant tout à la fois un métier, un univers et un environnement très particulier, Karin a réussi là l’un de ses meilleurs textes. Des embruns, de l’aventure digne de Mac Orlan et... une belle fin. Merci Karin.