Le Sorbier : une devinette

Mon coeur déborde en permanence. De vie, d’enthousiasme, de gratitude. Pour moi, c’est normal. Pour d’autres, c’est usant. C’est juste que la mort marche tant main dans la main avec la vie - à un point tel que je me demande souvent pourquoi nous avons ces deux mots ne désignant pourtant qu’une seule et même chose - c’est si précis, si intense, si présent que je suis inlassable à découvrir et goûter la création. Et ce matin, c’était un sorbier.

Il y en a partout en Finlande, partout.

Lundi, Flora me demande le nom de l’arbre.
- Je ne sais pas ma chérie.
- Allons, devine, maman.

Deviner, comme divination, signifient : "accomplir des choses divines".

Mercredi, Helena m’invite à découvrir la "médecine" (au sens amérindien) du sorbier et à travailler avec elle, à l’intégrer dans ma pratique iconoclaste et synchrétique certes mais néanmoins bien réelle.

On l’appelle l’Arbre des oiseleurs (les oiseaux sont friands de ses graines). Ou l’Arbre du service, tant son bois a été utilisé par les hommes pour des tas de choses. Il a été considéré comme un arbre sacré pour protéger le bétail contre la foudre, ayant également le pouvoir de chasser les mauvais esprits qui rôdent autour des maisons.

En ce moment, ses graines mûrissent et pourrissent, et ça donne une odeur citronnée aux abords des forêts. C’est un bois doux, proche du cerisier. Il brûle bien.

« L’ogham (ancien alphabet irlandais) du sorbier est en rapport avec le juste discernement, la discrimination, la perspicacité, l’analyse claire et pertinente des choses. Il met donc en garde contre les tentations du doute, de l’illusion et de l’incertitude. Par ailleurs, le sorbier, selon le prisme de l’ogham, a aussi d’autres valeurs symboliques : la vitalité, la longévité, la santé, l’éternelle jeunesse et l’immortalité. »

Tout ce qui est lié à la symbolique de cet arbre me parle immensément, tout était annoncé par des rêves, messages, visions. Et sept plumes sur mon chemin ce matin après avoir "travaillé" avec l’arbre. Juste au cas où j’aurais encore des doutes.

Tu peux détester les oracles et les prophéties - ce Verbe toujours énigmatique, demandant à être finement ressenti avant que d’être compris, et nous sommes encore si peu à l’aise avec la force du Mystère. Comme tout en ce monde, selon le canal et l’usage qui en est fait, les oracles sont à double tranchant : soit ils t’enferment, te ligotent à tes peurs et tes attentes, soit ils libèrent en toi l’accès, t’ouvrent à ta propre co-création avec et par le divin, et c’est ça qui compte.

Au plus j’avance, au plus je vois que tout est en dialogue constant avec nos âmes, nos coeurs, nos corps. Sorbier est venu comme un rappel autant qu’une réponse, et puisque des guidances me sont tant données, je les accepte enfin. Et je me souviens qu’enthousiaste signifie au départ simplement avoir dieu en soi, ce qui est une chose très simple quand elle est dégagée de tout conditionnement.

Dans le coeur.