L’esprit de pauvreté

C’est en moi depuis quelques jours et j’ai bien envie de le partager maintenant.

Qui n’a pas rencontré un clochard céleste ? Qui n’a pas plongé dans le regard d’un "pauvre" en sentant la vie revenir ? Qui ne s’est pas dit au moins une fois : ce miséreux aurait pu être moi ? Qui n’a pas comparé "sa chance dans la vie" ? Qui ne tremble pas à l’idée d’être pauvre dans ce monde si plein de "richesses" matérielles, de trucs qu’on veut, à quoi on tient, plus ou moins matériels, ou matérialisables ? Pauvre en deniers, pauvre en amour, pauvre en amis, pauvre en spiritualité, etc.

Je le savais bien sûr comme nous tous que Jésus, Bouddha, François, tant d’autres, ont "tout quitté", qu’il y a dans ce mouvement de renoncement une espèce de remise à niveau vers l’essentiel, c’est indéniable. Il peut y avoir bien évidemment plein de lyrisme vain, d’orgueil, de trucs et de machins terribles posés là-dedans, bien sûr, et l’épreuve d’une pauvreté quelle qu’elle soit est dure, voire atroce. On peut noter aussi le voeu de pauvreté que font tous les renonçants en couvents et monastères… Mais je ne parle pas de cela. Je parle de ce qui se tient "derrière" cette pauvreté. Et ce qui me semble se tenir là c’est le coeur du travail créatif des lumières que nous sommes dans, avec et par la "matière" de nos vies une fois que nous commençons à être Confiance. Le travail que nous faisons tous en nous même par l’alchimie de notre "matière première" : l’Amour.

Exactement comme nous sommes saisi-es de beauté par l’espace silencieux en amont des mots, nous pouvons être saisi-es de gratitude lorsque nous comprenons que l’absence de telle ou telle "richesse" dans nos vies n’est pas forcément si “importante” parce que dans toutes ces tensions que nous vivons autour du manque/de la pauvreté, on vit que LA richesse est déjà là, ou l’Aimante Abondance si vous préférez.

Je pense à la parabole sublime du lis des champs : « Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Considérez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n’a pas été vêtu comme l’un d’eux. Si Dieu revêt ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi ? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas : Que mangerons-nous ? Que boirons-nous ? De quoi serons-nous vêtus ? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données de surcroît. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain ; car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » Mat. 6.

Ce texte est une aide puissante n’est-ce pas ? L’aide à rester concentré sur l’essentiel, l’essence. L’aide à endurer.

Mais je me rends compte que c’est une version du texte qui vaut pour le monde d’hier car à présent et pour demain, nous pouvons commencer à dire : à chaque jour suffit sa joie. Car il me semble aujourd’hui que les Evangiles telles que nous les connaissons ont été (et sont encore) pour soulager l’expérience de la séparation en indiquant l’Unité mais sans jamais la dévoiler. Or, cette unité est train de se révéler puisque les différentes catastrophes mondiales nous forcent à aller vers l’humanité Une.

De fil en aiguille, j’ai senti un parallèle entre “pauvreté individuelle” et “pauvreté globale”, toutes ces misères effroyables, sous toutes les latitudes ces appels à “la simplicité”, “le ralentissement”, "la décroissance", "la frugalité heureuse", “la crise financière”, “les caisses sont vides”, "l’écologie" (càd le soin apporté à tous ceux et ce avec quoi nous sommes en relation, qui est la définition première du mot), hors étiquettes évidemment, et je me suis demandée si tout cela ne serait pas la manifestation collective de notre soif à tous de remise à l’essentiel. Ainsi, admettons que la pauvreté (quelle que soit sa texture ds le monde) soit la voie royale (ou une des) pour l’Esprit de se faire entendre de nous et de pour nous de Le retrouver.

Pauvreté entendue ici comme une concentration forcé et en force sur l’extrême simplicité des choses et des besoins vrais.

Regardez comme vous manquez de ceci, cela… et voyez comme Je Suis Là. Maintenant, imaginez avec moi que le coeur entier de l’humanité Une ait créé cette expérience globale de pauvreté sur à peu près tous les plans telle que nous la traversons actuellement (finances, eco-systèmes, maladies, solitudes…), et donc tout comme une expérience de pauvreté individuelle conduit (peut conduire) à Te rencontrer et à me placer dans le OUI, admettons que l’expérience mondiale de pauvreté actuelle soit en train de nous conduire à La rencontre. Et que nous sommes au point de bascule.

Dans la perspective du vrai désir, une pauvreté de surface et pleine des trésors.
Une humanité réalisant son Vrai Désir, ayant appelé à elle des formes de pauvretés pour valider la séparation mais Te trouvant finalement là, dans ce dépouillement.
Réalisant ainsi son Vrai désir - la somme de tous nos Vrais désirs.
La fin d’une humanité de faux besoins.